« IBERIA SACRA », 6 octobre 2012

vendredi 19 octobre 2012
par  JMG
popularité : 28%









 AARESC

Association pour l’Animation et le Rayonnement de l’Église Saint Christophe

JPEG - 6.2 ko

Cette association organise des concerts mais aussi des visites de l’Église Saint Christophe de Cergy-Village
Visiter son site internet

 Programme

Clic

JPEG - 303.5 ko
Programme IBERIA SACRA 6 octobre 2012

 João Rodrigues Esteves

Il fut l’un des meilleurs élèves du Seminario Patriarcal créé par le roi Joao V du Portugal. Il fut pensionné pour étudier la composition à Rome de 1719 à 1726, notamment avec Ottavio Pitoni. De retour à Lisbonne il fut nommé vers 1729 maître de chapelle à la basilique Santa Maria, qui selon la volonté du roi, devait rivaliser avec la basilique Saint-Pierre de Rome. Parallèlement, il enseigna au Seminario Patriarcal.

91 manuscrits (sur plus de 100), uniquement consacrés à la musique religieuse, sont encore conservés à la cathédrale de Lisbonne, malgré les destructions du tremblement de terre de 1755. Ils sont datés à partir de 1719, date à laquelle il envoie de Rome un antiphon à quatre pour voix féminines et rédige ses Regras de acompanhar (Règles de l’accompagnement).
Les derniers sont datés 1751. Il laisse entre autres 22 psaumes pour les Vêpres, une messe à 8 voix (8 septembre 1721), un Miserere à 3 et 8 voix pour les Matines du Samedi Saint, un Responsorial de Noêl, pour 8 voix et violon, un Miserere à 12 voix (1737), un Magnificat en mi mineur avec orgue.

 Tomas Luis de Victoria

Il est né à Sanchidrian vers 1548, septième des onze enfants de Francisca Suarez de la Concha et Francisco Luis de Victoria. Il perdit son père à l’âge de neuf ans. En 1558, il devint chantre de la cathédrale d’Avila, où il commença ses études musicales avec le plain-chant, le contrepoint et la composition, ainsi que le clavier sous la direction des maîtres Jerénimo de Espinar, Bemardino de Ribera, Juan Navarro y Hernando de lsasi jusqu’à l’âge de dix-huit ans. Il se rendit à Rome en 1567 et entra au Collège germanique, fondé par Grégoire XIII et dirigé par les Jésuites, où il étudia la
théologie et reçut probablement les leçons de Giovanni Pieriuigi da Palestrina, maître de chapelle et de chant au Séminaire romain. C’est de cette époque que date l’influence palestrinienne sur les premières compositions du jeune Victoria, dont le premier recueil date de 1572. En 1573, il succéda à Palestrina dans la charge de maître de chapelle du Séminaire romain. En 1575, il fut ordonné prêtre, et trois ans plus tard, en 1578, il entra dans la congrégation de l’Oratoire.

En 1586, il fut nommé chapelain et maître de chœur du monastère royal des Clarisses Déchaussées à Madrid, où vivait, retirée, la fille de Charles Quint, l’impératrice Marie d’Autriche, veuve de l’empereur Maximilien II et sœur de Philippe II d’Espagne. C’est à elle, qui fut sa protectrice durant 16 ans, que sont en fait destinés ses nombreux motets pour la Vierge. Durant cette partie de sa vie, il reçut plusieurs offres des plus importantes cathédrales espagnoles qu’il refusa toutes.

Il revint à Rome en 1592 pour publier ses Missae, liber secundus. Deux ans plus tard, il assistait aux funérailles de Palestrina, et en 1595, il rentra définitivement en Espagne. En 1600 parait le livre Missae, Magnificat, motecta, psalmi et alla a 8, 9, 12 vocibus dans la typographie royale de Madrid.

C’est au seuil de sa mort, en 1603, que Victoria composa le chef-d’œuvre de sa vie, son Officium defunctorum à six voix, pour les funérailles de l’impératrice Marie. Victoria mourut à Madrid le 27août 1611.

 Yannick VARLET

JPEG - 103.4 ko
Yannick VARLET

Yannick Varlet a étudié l’orgue et le clavecin avec Dominique Ferran, au CNR de Poitiers, puis avec Noëlle Spieth, Pierre Hantaï, Willem Jansen. Il a également reçu les conseils de Pierre Perdigon, Jean-Charles Ablitzer, Freddy Eichelberger, Ewald Kooïman, Michael Radulescu.

En Italie, sur les orgues historiques de Rome, Bologne et Piacenza, il a travaillé auprès du Maître Luigi Ferdinando Tagliavini.

En 2003, il a remporté le second prix du Concours International d’Orgue de la ville de Borca di Cadore (Italie).

Yannick Varlet fait de nombreux concerts (seul ou en musique de chambre) en France, en Europe et aux USA, dans les principaux festivals. Il joue régulièrement avec le flûtiste Hugo Reyne et au sein de plusieurs ensembles dont La Simphonie du Marais, l’Ensemble Européen William Byrd, Da Pacem... Il est co-fondateur et directeur musical de l’Ensemble Tamino, basé à Nantes.
Il a participé à une vingtaine d’enregistrements discographiques.

Yannick Varlet enseigne l’orgue et le clavecin au Conservatoire de La Roche sur Yon.

 Pochette du CD

Cliquer sur les vignettes


Portfolio

Face avant Rondelle Dos

Commentaires