28 mars à Notre Dame de PONTOISE

mardi 31 mars 2015
par  JMG
popularité : 28%

Logo : « Jephté sur le point de sacrifier sa fille », Le Brun, 1656 - Musée des Offices, Florence








L’Ensemble Vocal de Pontoise donnera son concert de printemps le samedi 28 Mars 2015 à 18 heures en l’église Notre-Dame de Pontoise, en interprétant la Messe de Requiem de Tomas Luis Victoria, composée en 1603 pour les funérailles de l’Impératrice Maria, fille de Charles-Quint et épouse de Maximilien II, empereur du St-Empire Romain.
Au même programme : l’oratorio « La fille de Jephté » de Carissimi ( vers 1650) raconte l’histoire du général biblique Jephté qui, après un voeu imprudent, se vit obligé de sacrifier sa fille unique.

L’Ensemble Vocal sera dirigé par son chef Graham O’Reilly, avec :

Bethany Partridge dans le rôle de « Filia »
Bastien Milanese dans le rôle de Jephté,
Les solistes de l’ensemble vocal,

Yannick Varlet à l’orgue, Cordélia Béridot et Denise Wolfcarius aux flûtes.

Entrée : 10 €, gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.

Contact : 013464 2117, ensemblevocaldepontoise.net

 Officium Defunctorum,Tomás Luis de Victoria, 1548 - 1611

Tomás Luis de Victoria est né à Sanchidrián (commune de la province d’Ávila) vers 1548

En 1558, il devint chantre de la cathédrale d’Avila. Là, il commença ses études musicales avec le plain-chant, le contrepoint et la composition, s’exerçant également à la pratique du clavier sous la direction des maîtres Jerónimo de Espinar, Bernardino de Ribera, Juan Navarro y Hernando de Isasi jusqu’à l’âge de dix-huit ans (1566). L’année suivante, il se rendit à Rome et entra au Collège germanique, fondé en 1573 par Grégoire XIII et dirigé par les jésuites, où il étudia la théologie et reçut probablement les leçons de Palestrina, maître de chapelle et de chant au Séminaire romain
Sont premier recueil date de 1572.
En 1569 il exerça les fonctions de maître de chapelle et d’organiste à Santa Maria di Montserrato à Rome. À partir de 1571, il enseigna la musique au Séminaire romain. En 1573, il succéda à Palestrina dans la charge de maître de chapelle du Séminaire romain. En 1575, il fut ordonné prêtre, et trois ans plus tard, en 1578, il entra dans la Congrégation de l’Oratoire, fondé par saint Philippe Néri.
En 1586, il fut nommé chapelain et maître de chœur du couvent royal des clarisses déchaussées à Madrid, où vivait, retirée, la fille de Charles Quint, l’impératrice Marie d’Autriche (veuve de l’empereur Maximilien II et sœur de Philippe II). Durant cette partie de sa vie, il reçut plusieurs offres des plus importantes cathédrales espagnoles qu’il refusa toutes.
Il revint à Rome en 1592 pour publier ses Missae, liber secundus. Deux ans plus tard, il assistait aux funérailles de Palestrina, et en 1595, il rentra définitivement en Espagne. À partir de 1596, il fut le maître de chapelle et l’organiste de l’impératrice Maria à Madrid et exerça les mêmes fonctions auprès de sa fille Margarita à partir de 1603. En 1600 parait le livre Missae, Magnificat, motecta, psalmi et alia a 8, 9, 12 vocibus dans la typographie royale de Madrid.

C’est au seuil de sa vie, en 1603, que Victoria composa le chef-d’œuvre de sa vie, son Officium defunctorum à six voix, qu’il écrivit pour la messe des funérailles de l’impératrice Marie. Victoria mourut à Madrid le 27 août 1611.
(Source Wikipedia)

 Historia di Jephte, Giacomo Carissimi, 1605-1674

Jephté est un personnage du « Livre des Juges », de l’Ancien Testament

Les juges de la Bible ne sont .. pas des magistrats au sens contemporain du terme. Dans le livre des Juges, ce sont d’abord des chefs de guerre, capables pour un temps de fédérer plusieurs clans et d’en diriger les forces militaires. Une fois la victoire obtenue, ils « jugent » Israël, c’est à dire qu’ils en assurent le gouvernement, mais de manière temporaire et (à une exception près) non héréditaire

Jephté (10,6-12,7)  :
* Troisième grand juge. Jephté est le fils d’un chef de clan de Galaad (la partie d’Israël située en Transjordanie) mais sa mère est une prostituée. Il est rejeté par ses demi-frères et devient chef de bande, vivant de pillage.
* Lorsqu’Israël est opprimé par Ammon, les anciens viennent lui demander de mener les opérations militaires. Jephté en profite pour se faire reconnaître par ces hommes qui l’avaient autrefois rejeté.
* Après avoir tenté de vaines négociations avec Ammon, Jephté passe au combat. Afin de s’assurer la victoire, il fait un voeu périlleux : il promet de sacrifier au Seigneur la première personne qui franchira la porte de sa maison (Il s’agit d’un thème narratif très fréquent, que l’on retrouve encore dans nombre de récits folkloriques).
* Jephté remporte le combat, mais le destin lui est cruel : c’est sa propre fille qui sort à sa rencontre. Lié par son voeu, Jephté l’exécutera après lui avoir accordé un délai pour se préparer à la mort.
* Encore une fois, Ephraïm reproche à Jephté de ne pas les avoir convoqués pour le combat. Il s’en suit une guerre civile en Galaad et Ephraïm qui durera jusqu’à la mort de Jephté..
Source : Introbible


Commentaires